Quand Société Générale rime avec digital

INTERACTIVITE

A l’occasion du lancement de la présentation du bilan du projet expérimental participatif et stimulant (PEPS) de la Société Générale, Le philosophe Michel Serres a déclaré «  Après la crise, les banques ne retourneront pas au même état. Elles doivent inventer quelque chose d’inattendu. Attendez-vous à des choses inouïes. »

C’est exactement dans ce contexte que s’est déroulé le PEPS  pendant 1 mois (du 21 mai au 21 juin) sur le réseau social interne SG Communities. Le but était de permettre à tous les collaborateurs du groupe de dire ce qu’ils pensaient de l’impact du numérique pour les clients, les équipes de la banque et les systèmes d’information.

La société générale s’est donc lancée dans une démarche de co-construction inédite à la mode 2.0 avec ses 155 000 collaborateurs dans le monde.

Frédéric Oudéa, PDG du groupe Société Générale a déclaré lors de la présentation « Nous avons la volonté d’accélérer la transition numérique qui est pour nous un enjeu considérable ». Il a d’ailleurs précisé « Je n’aime pas le mot d’enjeu car il faudrait plutôt parler d’opportunité ».

En effet, la place du numérique dans notre société est de plus en plus importante, faire participer ses propres collaborateurs a permis à la Société Générale de les rendre acteurs des changements de demain dans le domaine du digital.

« PEPS montre que de grandes entreprises peuvent avancer aussi vite et de manière autant réactive que de plus petites, et cela – justement – grâce aux outils numériques » poursuit Frédéric Oudéa. En effet, l’appel à contribution sur le réseau social de l’entreprise a été largement relayé et les collaborateurs ont été nombreux à participer aux échanges et faire des propositions.

C’est à l’initiative de deux membres du comité exécutif, Françoise Mercadal-Delasalles, directrice des ressources et de l’innovation, et de Caroline Guillaumin, directrice de la communication, que le groupe bancaire a donc invité ses équipes à réfléchir durant un mois au travers du réseau social interne SG communities à l’impact de la transition numérique sur les comportements.

Quelques chiffres clés de cette expérience :

-          15 000 participants contributeurs actifs dans 19 pays

-          16 000 votants dans 60 pays

-          1 000 suggestions/propositions

-          200 animateurs ont assuré la coordination

-          30 thèmes majeurs sur trois axes (relation client, fonctionnement interne et la technologie)

Mais que va-t-il rester de tous ces échanges ?

Un grand livre blanc du numérique sera présenté aux responsables métiers du groupe bancaire,  « il a été beaucoup question de simplifier la relation avec les clients, dématérialiser certaines opérations. On a aussi évoqué la création d’applications permettant de restituer aux clients des données détenues par la banque, par exemple pour les aider à savoir combien il leur reste à dépenser dans le mois » raconte Françoise Mercadal-Delasalles. Elle nous précise que « quand 10 000 personnes se mettent à avoir des idées sur ce qui constitue le cœur de votre travail et de votre expertise, oui cela perturbe », les idées ont porté sur l’utilisation du smartphone, le coffre-fort électronique pour les clients, la banque post trading, un gadget baptisé « SG World » qui serait une application pour smartphones permettant de recevoir spontanément les informations financières adéquate à l’endroit où l’on se situe, le travail à distance, le SSO, ou encore un wiki pour les collaborateurs.

Pour conclure, Françoise Mercadal-Delasalles  explique que « comprendre et intégrer les mutations considérables apportées par le numérique représente un enjeu de performance, de différenciation et de compétitivité essentiel pour notre groupe. »

A n’en pas douter, beaucoup d’autres entreprises vont suivre l’exemple de la Société Générale et s’intéresser de très près au digital et à l’utilisation qu’elles peuvent en faire pour qu’il devienne un réel facteur clés de succès.

You Might Also Like

Laisser un commentaire