50% des congrès médicaux envisagent de digitaliser leurs événements

Graphique Congrès Médicaux virtuels

Malgré une relative frilosité du secteur, l’industrie médicale a sans doute été la première à adopter la digitalisation d’évènements.

De plus en plus de congrès sont organisés tout ou partie sur internet, notamment aux Etats-Unis. Selon l’International Congress and Convention Association (ICCA), 34% des associations médicales pensent même que les évènements virtuels prendront le pas sur les congrès traditionnels. La moitié des associations interrogées envisagent une stratégie de mise en place d’évènements hybrides, mélangent les univers virtuels et réels : ils ont lieu sur un site physique avec des participants, tout en ayant une dimension virtuelle sur Internet.

Aux Etats-Unis, les professionnels de l’évènementiel médical mettent en exergue quelques unes des principales raisons de l’intérêt du secteur pour les e-évènements :

  • Les contraintes de temps. Ces audiences sont composées principalement de médecins, dont les agendas sont très serrés. Ils doivent travailler plus pour garder le même niveau de revenus. Ils disposent donc de moins de temps pour se déplacer à des congrès.
  • Les changements économiques. Les médecins ne sont pas les seuls qui doivent travailler plus efficacement pour gagner de l’argent. Les entreprises pharmaceutiques subissent également les changements de l’économie médicale. Elles sont sous pression pour fournir des produits à moindre coûts, et notamment à moindre coûts de promotion.
  • L’évolution réglementaire. La législation et les codes qui régissent ces industries évoluent. Peu à peu, le régulateur impose des limites ou des restrictions sur les dépenses. Il y a tout un régime réglementaire qui impose de diminuer les voyages et les coûts qui y sont associés, comme le divertissement, les repas etc. dans la promotion de leurs produits.
  • Les progrès technologiques. La sophistication des plates-formes d’e-évènements et l’augmentation de la bande passante ont permis de rendre les évènements virtuels plus naturels et de convertir de plus en plus de participants. C’est devenu beaucoup plus populaire et grand public. On peut faire beaucoup plus de choses aujourd’hui que ce qu’on pouvait faire il y 10 ans, et l’explosions des périphériques mobiles ajoute encore à cette tendance.

La Radiological Society of North America a ajouté pour la première fois cette année une dimension virtuelle à son congrès qui réunit annuellement plus de 58 000 personnes. « C’était un grand succès » selon Steve Drew,  son directeur général adjoint, « plus de 3 400 professionnels se sont inscrits pour le e-évènement, dont près de 10% se sont aussi inscrit pour une partie de l’évènement physique ».

Selon la société savante de radiologie Nord Américaine, la digitalisation de son congrès représente un vrai levier d’audience qui devrait se traduire par une augmentation des inscriptions pour l’évènement physique de l’année suivante.

La place du e-évènement dans une stratégie de communication

Virtual Edge Summit Hybrid Extension with Full Virtual Finale

Pour la quatrième année consécutive, le sommet des solutions virtuelles pour l’évènement – Virtual Edge Summit 2012 – s’est tenu en janvier à San Diego, rassemblant les acteurs influents du monde de l’évènement virtuel pour partager les dernières réflexions et innovations dans ce domaine.

Virtual Edge Summit Hybrid Extension with Full Virtual Finale

A cette occasion, le Virtual Events Report publié par le Center for Exhibition Industry Research (CEIR) en juin 2011 a permis d’éclairer de manière significative les échanges. Voici quelques chiffres intéressants permettant de mieux appréhender l’avenir des virtuals events ou e-évènements :

  • 65% des évènements virtuels à venir seront toujours adossés à un évènement physique réel
  • 87% des entreprises pensent que les évènements hybrides (physiques & virtuels) vont représenter plus de la moitié des évènements dans les 5 prochaines années
  • 60% des entreprises sondées vont augmenter leurs budgets alloués aux évènements virtuels, et en même temps 42% vont réduire leurs dépenses en évènements physiques.
  • 65% aimeraient organiser 10 évènements virtuels ou plus en 2012

Ces chiffres confirment que l’évènementiel d’entreprise est en pleine mutation. La digitalisation des événements devrait continuer de croitre pour devenir un moyen de communication à part entière.

De multiples challenges et questions entrent alors en ligne de compte : Comment équilibrer justement sa stratégie de communication événementielle entre physique et virtuel ? Comment réussir à maintenir des relations, encourager les échanges et le partage d’expériences avec les nouvelles technologies ? Comment s’adresser à des e-participants qui suivent l’événement depuis leur PC, mobiles ou tablettes ?