Dans le contexte omniprésent de transformation digitale, la prise de conscience de l’importance des outils collaboratifs aussi bien dans notre vie personnelle qu’au sein de l’entreprise s’est accélérée ces dernières années imposant ainsi aux décideurs la question quasi-incontournable des réseaux sociaux d’entreprise (RSE).

Aujourd’hui, 80 % des entreprises du CAC 40 disposent d’un RSE ou sont en cours d’implémentation, selon Les Echos.

ampoule


En quoi la mise en place d’un RSE favorise-t-elle la transformation digitale de l’entreprise ?

Avec la création d’un RSE, les entreprises souhaitent s’appuyer sur leurs employés ainsi que sur les réseaux formels et informels qu’ils constituent. Ainsi, les raisons principales évoquées par les entreprises pour justifier de la mise en  place d’un RSE sont :

  • Fluidifier et accélérer les flux d’informations
  • Favoriser la transversalité et le partage de bonnes pratiques
  • Faire émerger des idées nouvelles et la co-création
  • Accélérer la vitesse de communication


Les RSE permettent de répondre aux nouvelles attentes des collaborateurs, habitués dans leur sphère privée à échanger via les réseaux sociaux ou à l’inverse initier ceux qui n’y sont pas habitués et les sensibiliser aux nouveaux usages et modes de travail / collaboration. D’ailleurs l’objectif des entreprises qui développent des RSE est de favoriser le travail collaboratif à 92 %. 

La valeur ajoutée d’un RSE est axée sur l’amélioration de la communication et de la collaboration au sein de l’entreprise, de plus en plus globale et géographiquement éclatée, avec des collaborateurs en situation de mobilité.

Le RSE permet donc d’optimiser l’organisation des échanges, de rendre l’entreprise plus réactive, plus productive, autour de 4 domaines principaux :

  • La communication : échanges en temps réel par messagerie instantanée, alertes push, intégration d’intervenants externes
  • La gestion de contenus : articles, ressources documentaires, vidéos, podcasts, flux d’informations
  • La collaboration : liste de tâches, gestion de projet, conférence en ligne, formation
  • La création de communautés : annuaires, événement, profils des managers et collaborateurs, communauté de pratiques, forums, blogs, partage de bonnes pratiques, de connaissances, transfert de compétences…


Si un RSE améliore la collaboration et l’organisation, la mise en place d’un tel système participe aussi à une transformation de la culture de l’entreprise.

 

RSE



Un projet de RSE doit être cadré en amont par plusieurs analyses et questions : Quelle est la maturité de l’entreprise par rapport à l’utilisation de plateformes numériques ? Quelle est la culture de l’entreprise en matière de flux d’information ? Quels sont les besoins et objectifs ?

La mise en œuvre doit aussi s’appuyer sur une réflexion concernant la stratégie de pilotage du RSE. C’est à dire, la définition d’une charte, l’insertion de community manager pour encadrer les usages et maintenir sa pertinence, l’accompagnement des collaborateurs, leur participation…
Ces critères constituent un challenge pour rentabiliser rapidement la mise en place d’un RSE. Il faut savoir concilier les objectifs business, la technologie et les paramètres humains : l’engagement des managers, la participation des collaborateurs dans le projet et la prise en compte des mécanismes relationnels et participatifs propres à la culture de l’entreprise.
Le développement d’un RSE doit permettre de gagner en efficacité et stimuler l’innovation en fluidifiant la transmission d’information, en dépassant les cloisonnements organisationnels ou hiérarchiques.
C’est pour cela que 53% des entreprises françaises ont mis en place ou prévoient de mettre en place un réseau social d’entreprise d’ici 2016.
De nombreux acteurs proposant des solutions existent déjà sur le marché pour répondre aux besoins des grandes entreprises. Depuis quelques années, des solutions émanants de pure player proposent des offres adaptées aux entreprises de taille intermédiaire et aux institutions publiques.